Se regrouper ? I – L’approche relationnelle.

Tout seul on va plus vite, ensemble, on va plus loin.

Proverbe africain

L’approche relationnelle

J’étais au volant lorsque j’ai entendu à la radio un expert, dont je ne me souviens malheureusement pas du nom, qui discutait des effets de la mondialisation. Un extrait de la discussion a particulièrement attiré mon attention : «Pour faire face à la compétition, toutes les entreprises du Québec doivent se regrouper.» J’ai immédiatement pensé : si c’est vrai pour des PME qui possèdent souvent des chiffres d’affaire importants, combien cela doit-il être vrai pour des travailleurs autonomes dans le milieu de l’édition! Continuer la lecture de « Se regrouper ? I – L’approche relationnelle. »

Liriez-vous un livre en commençant par la fin ? – II ( Ou fonctionner à l’envers dans l’autoédition)

II – Connaître minimalement la «business»

Les auteurs sont des travailleurs autonomes. Ils ont contracté une obligation, ils interagissent avec un ou des sous-traitants, ils font des affaires. Cette constatation est d’autant plus vraie si vous partagez une partie des risques financiers du projet. Alors, ne devrions-nous pas nous comporter, sans analyser tous les détails, comme si nous démarrions une entreprise ?

Continuer la lecture de « Liriez-vous un livre en commençant par la fin ? – II ( Ou fonctionner à l’envers dans l’autoédition) »

Liriez-vous un livre en commençant par la fin ? (Ou fonctionner à l’envers dans l’autoédition.)

Vous est-il déjà arrivé de fonctionner à l’envers ? Évidemment, au début, on ne s’en rend pas compte. Nous poursuivons fréquemment notre rêve avec fébrilité. Alors on se lance et puis on remarque ensuite que le résultat escompté ne vient pas. Les gens ne comprennent pas ce que l’on a voulu dire. Pour une raison inconnue, les ventes ne sont pas au rendez-vous. Oui, mais, vous me direz, Continuer la lecture de « Liriez-vous un livre en commençant par la fin ? (Ou fonctionner à l’envers dans l’autoédition.) »